Ce clitocybe, le plus gros (le plus charnu devrait-on dire)  du genre qui compte dans ses rangs quelques bons comestibles comme quelques violents toxiques, ce Clitocybe nebularis attire l’œil de l’amateur mycophage car c’est un beau champignon !
Il est charnu, bien campé sur un pied compact et massif, surmonté d’un chapeau d’une belle couleur grise, couvert généralement d’une pruine généreuse comme la mirabelle, un gros mamelon ajoutant encore à l’épaisseur de la chair du chapeau. Et il est facilement reconnaissable au premier coup d’œil et à son odeur si particulière, mélange indéfinissable aromatique entêtante de  fruits trop mûrs et de moisissure …  Bref, il est charnu, généreux et en plus, il n’est pas rare.

ClitocybeNebularis_10_05

Oui, mais voilà, cette  odeur si particulière fait de lui que : soit on l’aime, soit on le trouve totalement écœurant. De plus, même si certains peuvent le consommer sans aucun inconvénient, il peut provoquer des indigestions plus ou moins désagréables, qui font de ce champignon une espèce écartée de la table pour beaucoup d’entre nous.
Certains ouvrages proposent pour le rendre plus digeste et en atténuer son odeur de "clitocybe" de le blanchir et de jeter la première eau de cuisson ! C’est selon, je pense que ceux qui le consomment depuis longtemps sans inconvénient continueront leur pratiques,  les autres …
N’oublions pas, non plus que, comme pas mal de champignons, ce clitocybe nébuleux a un sosie qui est  lui est un vrai méchant toxique : l’entolome livide qui sent fortement la farine et présente des lames jaunes dans sa jeunesse.

Attention donc, Clitocybe nebularis un champignon qu’on aime, ou pas !

 

- Liens pour se faire une idée :

Clitocybe nebularis
Entolome livide
Entoloma sinuatum